View : 37 Download: 0

SIMONE DE BEAUVOIR ET LA FEMINITE

Title
SIMONE DE BEAUVOIR ET LA FEMINITE
Authors
이희정
Issue Date
1966
Department/Major
대학원 불어불문학과
Publisher
이화여자대학교 대학원
Degree
Master
Abstract
Nous avons parcouru jusqulici le long chemin pour notre e'tude. Nous avons vu beaucoup de prototypes feminins. Mais non he'roines ont detruit le mythe de la Fe'minie' Ce qui importe c'est qu'elles de'turisent le mythe. Maintenant la Fe'minite'. Ce qui importe c'est quelles de'truisent le mythe. Maintenant la fe'minite' n'est plus un mythe, elle est devenus une re'alite. Dans la premie`re partie nous avons vu que leur situation traditionnelle restreint leur libre projet et leur libe'ration de vieux codes de l'institution. Dans la 2^(e), a` travers l'amour et la sexualite' nous avons examine' comment s'assument et accomplissent-elles la responsabilite'. L'impression deminante que nous prenons chez l'oeuvre de Beauvoir, c'est l'aspiration de la liberte'. L'e^tre existentiel se fait en se jet ant sans cesse vers l'avenir par son choix et sa de'cision sans qu'il se fige dans le passe'. Les existantialistes refusent la nature humaine. Tout est le re'sultat de son chiox. En conse'quence la fe'minite' aussi n'et pas un caracte're destine' a` la femme, o'est un produit de l'histoire et de eivilisation que la femme devait prendre selon l'exigeance et la ne'cessite' de san temps. Done nous croyons que la fe'minite' puisse e^tre cre'e ou de'truite. Beauvoir a de'colore' ce mythe traditionel de la fe'minite'et celles que nous voyons devant nous, ce sont des e^tres qui veulent vivre non pas en femme mais en e^tre humsin. En poursuivant ces he'roines nous avons atteint ne'cessairment un but bien e'leve': l'accomplissement de la liberte'. Si elles ne'gligent ou refusent tous les devoirs et leur vocation traditionnelkce n'est pas qu'elles sont immorales, perverses mais qu'elles sont trop lucides. On ne de'finit pas leur acte comme l'abandon mais comme la libe'ration. Comme nous avons vu, pour les existentialistes la moralite' est l'action. Pour e^tre moral il faut e^tre libre. Un etre passif n'est pas libre done il ne peut faire sa morale, il la re□oit de l'exte'rieur. Plus la conscience est lucide, plus l'homme est libre, plus il est moral. En tatn qu'e^tre humain nes he'roines refusent cette passivite et entreprennent les nouveaux project par leur propre main. Elles prennent, choisissent au lieu de recevoir ou d'attendre. Dans la foi de Simone Weil l'attente e'tait la plus humiliante attitude vers Dieu mais chez Beauvoir on ne trouve plus cette foi. En termes existentiels l'attente est l'attitude des la^ches. Comme les hommes elles doivent aussi de'cider par leur propre choix et donner le sens a` ce monde. Elles sont aussi responsables. Elles ne veulent pas s'abriter derrie`re le mensonge. Elles ne veulent pas chercher l'alibi Alors doit-on dire que leur attitude ne sont pas fe'minines? Doit-on prendre leur recherche de soi poinr immoralite'? La fe'minite' n'est pas perdue. Seulement elle devient plus aggressive, plus active, plus responsible. La femme est aussi une conque'rante dans ce monde avec l'homme. Elles cherchent toujours l'authenticite' au lieu de l'inauthentieite'. Si elles e'chouent, ce n'est que le point de de'part vers le nouvel avenir. "Aucun echec re leur dispense de poursuivre la lutte. Avec du passe', l'on fait le pre'sent bre'lant, C'est leur principe. Je crois que nous sommes arrive's maintenant au point terminal. Une chose qui est remarquable, c'est que le ro^le des masculins et fe'minine' est quasi homoge`ne dans la litte'rature existentielle.
Fulltext
Show the fulltext
Appears in Collections:
일반대학원 > 불어불문학과 > Theses_Master
Files in This Item:
There are no files associated with this item.
Export
RIS (EndNote)
XLS (Excel)
XML


qrcode

Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

BROWSE